PDF

Tour 1996,  21 - 26 juillet

étapedistance (km)dénivellation (m)
Lignières - Orbe - Givrine - Faucille - St-Julien1941740
St-Julien - Salève - Plainpalais - St-Pierre-d'Albigny1352780
St-Pierre-d'Albigny - Croix-de-Fer - Madeleine - Celliers1353530
Celliers - Albertville - Chamonix - Vallorcine1261890
Vallorcine - Forclaz - Mosses - Saanen - Zollikofen1952040
Zollikofen - Gurnigel - Lignières1201930
total90513910

stages
précédent
suivant
carte  

Étape 1 (21 juillet 1996): Lignières - Orbe - Givrine - Faucille - St-Julien

profil1

Des cols dans les Alpes françaises, c'était le but de mon tour à vélo 1996. Je suis une fois encore parti de chez mes parents. Il faisait assez frais sur les hauteurs de Lignières ce dimanche matin et j'ai mis un journal sous mon maillot, juste pour la première descente, en direction de St-Blaise. De là, j'ai suivi la rive nord du lac de Neuchâtel. J'ai roulé en partie par les les routes principales, en partie par de plus petites routes et en partie par des pistes cyclables. Ce n'était pas toujours facile de choisir entre les itinéraires chargés en trafic et ceux avec beaucoup de montées et descentes. Mais au moins j'avais un allié, et pour toute la journée: la bise, vent du nord-est soufflant parallèlement aux crêtes du Jura.
À partir d'Yverdon, au bout du lac, j'ai pu rouler sur de bonnes routes de campagne. Progressivement, je suis monté en laissant le pied du Jura sur ma gauche, pour finalement arriver au col de la Givrine, juste avant la frontière franco-suisse. Mais je ne me suis pas éloigné beaucoup de cette crête du Jura puisque je l'ai retraversée un peu plus au sud, au col de la Faucille. Depuis ce côté, ce n'était qu'une petite montée en légère pente. Mais j'ai pu profiter du versant plus long et plus raide pour la descente. Je suis rentré en Suisse près de Meyrin et du CERN (Centre Européen de Recherches Nucléaires, là où le World Wide Web a été inventé). C'était la première fois que j'étais dans le canton de Genève à vélo. Contrairement à l'idée que j'avais sur la ville de Genève, la campagne alentours était très agréable pour y rouler: itinéraires bien marqués, bonnes pistes cyclables, pas trop de carrefours dangereux. Il y a quand même une chose qui semble rare dans les villages de la campagne genevoise: les hôtels. Alors, plutôt que de me diriger vers la ville, j'ai continué vers le sud, retraversé la frontière et me suis arrêté à St-Julien. Grâce à la bise, j'avais réussi à faire une première étape d'une belle longueur.

 distance (km)altitude (m)dénivellation (m)
Les Prés (Lignières)0920 
Les Gravereules194020
St-Blaise10450 
Neuchâtel15430 
Colombier2247040
Cortaillod24440 
Bevaix2651070
Vaumarcus36430 
La Lance3949060
Concise40440 
Onnens4348040
Yverdon53430 
Orbe6549060
Granges-St-Martin (Orbe)66440 
Les Monod (Mollens)90690250
Moulin de la Goille91680 
Ballens9370020
Marais-Girard101620 
St-George110940320
Le Vaud116820 
Le Muids120710 
Col de la Givrine1341230520
La Cure1371140 
Les Dappes1411250110
Col de la Faucille154132070
Gex166600 
Sur Allondon178440 
Bourdigny-Dessus17947030
Peney-Dessous183370 
Bernex18845080
Lully191410 
St-Julien-en-Genevois19446050
total194 1740

précédent
suivant
carte  

Étape 2 (22 juillet 1996): St-Julien - Salève - Plainpalais - St-Pierre-d'Albigny

profil2

À l'hôtel à St-Julien, le petit déjeuner était en dessous de la moyenne, aussi bien pour le goût que pour la quantité, le choix ou le cadre. Mais il faisait toujours beau quand je me suis mis en route, d'abord vers Collongues, ensuite vers le Salève. La montée était raide, sur une petite route avec très peu de trafic en ce lundi matin. Une fois au col de la Croisette, j'ai continué le long de la crête, profitant de la vue tantôt (à droite) vers Genève et le Jura, tantôt (à gauche) vers les Alpes françaises. La route montait jusqu'au col des Pitons, puis descendait en passant par le col des Convers en direction de Cruseilles pour rejoindre celle en direction d'Annecy. Il y avait dès lors beaucoup de trafic. Et je ne pouvais pas éviter de traverser la ville d'Annecy. Ce n'est que quand j'ai pris à droite à partir de la route du bord de lac que c'était de nouveau plus tranquille. Je roulais alors le long de vallées avec deux petits cols entre elles, Leschaux et Plainpalais. Il était près de midi quand je suis arrivé au premier; à me mettre sous la dent, j'ai juste sorti quelque chose de mes poches. Dans la descente du second de ces cols, j'ai trouvé une petite route qui, en coupant par la montagne, me conduirait dans la vallée de l'Isère sans avoir à traverser Chambéry. Cela m'a fait passer par un autre petit col (Marocaz). Il était maintenant près de deux heures et je commençais à avoir faim. Je pensais acheter quelque chose en arrivant dans la vallée, mais les magasins étaient fermés: la tradition méridionale de la sieste s'étend apparemment jusqu'ici. J'ai donc dû continuer avec un estomac vide. Un peu plus loin, au lieu de traverser l'Isère en direction de la Maurienne, je suis monté vers le bourg de St-Pierre-d'Albigny. Je voulais seulement m'y arrêter pour boire et manger, mais j'ai vite décidé que j'étais assez fatigué et que je pourrais m'arrêter là pour cette étape.

 distance (km)altitude (m)dénivellation (m)
St-Julien-en-Genevois0460 
Collonges550040
La Croisette131180680
Col des Pitons181340160
Col des Convers201310 
Cruseilles30770 
Annecy49450 
Sévrier5546010
Col de Leschaux67900440
Pont Detrier (Lescheraines)74580 
Col de Plainpalais891170590
St-Alban103310 
Curienne110710400
Boyat111660 
Les Roues (Montoux)114810150
La Guillère115760 
Col de Marocaz119960200
St-Laurent (Cruet)127360 
St-Jean-de-la-Porte132300 
St-Pierre-d'Albigny135410110
total135 2780

précédent
suivant
carte  

Étape 3 (23 juillet 1996): St-Pierre-d'Albigny - Croix-de-Fer - Madeleine - Celliers

profil3

Traverser la vallée de l'Isère était sans problème, mais quand je suis arrivé sur la route principale de la Maurienne c'était presque l'enfer. Il y avait tellement de camions qu'il m'en dépassait continuellement. Sans qu'il n'y ait de piste cyclable où trouver refuge. C'était extrêmement désagréable, avec tout de même un petit avantage: l'aspiration créée par tous ces camions m'aidait à rouler à une bonne vitesse. Dès Epierre, j'ai pu quitter la route principale et en prendre une plus petite, d'abord sur la gauche, ensuite sur la droite. À St-Etienne-de-Cuines, j'ai quitté la Maurienne (une première fois) pour monter vers le premier grand col alpin de ce tour, le Glandon. C'était une longue mais jolie montée. Il n'y avait que peu de véhicules à moteur et encore moins de cyclistes.
Depuis le col, je ne suis pas descendu très loin, puisque je suis tout de suite remonté vers le col voisin, la Croix de Fer. Je n'avais que 2 km en montée et j'étais donc rapidement à ce second col. La descente était longue et belle, mais les routes dans St-Jean n'étaient qu'un champ de bosses et de trous. Après cela, j'étais de nouveau dans la Maurienne et je devais reprendre la route avec ce terrible trafic. Pas pour très longtemps, heureusement, puisque j'ai pris à droite avant d'arriver à La Chambre. Comme je n'avais pas envie d'avoir aussi faim et soif que la veille, je me suis arrêté là pour acheter à boire et à manger.
De sombres nuages s'accumulaient dans le ciel quand j'ai commencé la montée vers le col de la Madeleine. Après seulement quelques kilomètres, l'orage a éclaté. Il s'est mis à pleuvoir si fort que j'ai dû m'arrêter près d'une bâtisse le long de la route. Mais pas longtemps. Après une dizaine de minutes, j'ai pu repartir. La route était mouillée, mais ce n'était pas un problème puisque j'étais en montée. Après deux autres petits arrêts, j'ai atteint le col. Il y avait un panneau au bord de la route qui indiquait 2000 m. Mais sur ma carte (officielle), l'altitude donnée était de 1993 m. Et sur une autre carte routière, j'ai trouvé 1984 m. Croyez donc ce que vous voudrez, quant à moi, je retiendrai 'environ 2000'. Le temps était toujours incertain et je ne suis pas resté longtemps en haut. J'ai trouvé un hôtel dans la descente, à Celliers. Il n'avait pas seulement bon aspect, c'était vraiment un endroit agréable où s'arrêter pour la nuit. Trois minutes après mon arrivé, la pluie se mettait à tomber.

 distance (km)altitude (m)dénivellation (m)
St-Pierre-d'Albigny0410 
Carouge3280 
Aiguebelle1632040
La Chapelle31460140
St-Rémy-de-Maurienne34410 
Le Girard3642010
St-Etienne-de-Cuines4148060
Le Villard Martinan501100620
Le Châtelet51111010
Col du Glandon611920810
pt. 1907621910 
Col de la Croix de Fer642070160
Malcrozet721480 
St-Jean-d'Arves75156080
Le Crêt87800 
Pierrepin8884040
St-Jean-de-Maurienne93560 
St-Avre105440 
Col de la Madeleine12520001560
Celliers1351280 
total135 3530

précédent
suivant
carte  

Étape 4 (24 juillet 1996): Celliers - Albertville - Chamonix - Vallorcine

profil4

Le matin suivant, il pleuvait toujours. Après déjeuner, j'ai décidé d'attendre un peu, espérant que la pluie s'arrête. Après une heure, comme il n'y avait toujours pas d'amélioration, j'ai finalement mis mon imperméable et j'ai commencé la descente vers Feissons. J'ai dû rouler prudemment sur la route mouillée. La pluie s'est finalement calmée quand j'étais dans la vallée, roulant en direction d'Albertville et Ugine. Depuis Ugine, j'ai pris les gorges de l'Arly et suis monté vers Flumet, puis le long de cette aute vallée vers Megève (station de ski en hiver). Ensuite, il y avait de nouveau une descente, vers St-Gervais. Heureusement, la route était maintenant sèche.
À St-Gervais, le trafic était perturbé par des embouteillages. Mais, avec mon vélo, j'ai pu dépasser les files de véhicules. Ensuite, en arrivant dans la vallée de l'Arve, je voulais aller à droite, vers Chamonix. Mais le très fort trafic était de nouveau un problème. Tellement d'immenses camions m'ont découragé de prendre la route principale. J'ai au contraire commencé par aller dans l'autre sens, traverser la vallée et prendre une petite route montant sur l'autre versant. Je n'étais pas sûr que ce soit le mieux, cette petite route n'étant pas continue sur ma carte. Mais des gens à qui j'ai demandé m'ont dit qu'il y avait bien un passage. Ils avaient raison, même s'il m'a aussi fallu une bonne dose de chance pour trouver le bon chemin dans les bois entre Vaudagne et Les Houches. Bref, je suis bien arrivé à Chamonix. Par cette journée grise, l'endroit était plutôt laid: beaucoup de voitures, mais pas de montagnes en vue. Cela aurait pu être n'importe quelle ville aux heures de pointe, pas une célèbre station des Alpes. Je ne m'y suis pas arrêté du tout.
Quand j'étais en route vers Argentière, il a recommencé à pleuvoir. Comme cela ne faisait qu'empirer, je me suis arrêté et mis à l'abri. Mais, après un moment, j'avais un peu froid et j'ai préférer continuer vers le col des Montets. Après le col et une courte descente, j'était trempé et frigorifié et je me suis arrêté à un des premiers hôtels venus. C'était à Vallorcine. Non loin de la frontière suisse, mais ces quelques kilomètres ont fait une grosse différence pour le prix quand j'ai téléphoné à mon frère Yves à propos de l'étape à venir.

 distance (km)altitude (m)dénivellation (m)
Celliers01280 
Feissons16410 
Albertville33340 
Ugine4241070
Flumet56910500
Panloup (Flumet)591020110
Le Jorrax (Praz-sur-Arly)601000 
Praz-sur-Arly61103030
Tirecorde (Praz-sur-Arly)621020 
Megève67111090
Le Fayet81580 
Chedde8359010
Bois de Joux (Servoz)90860270
Servoz91810 
Tré les Balmes (Vaudagne)981110300
Les Houches101950 
Chamonix110104090
Argentière1181250210
Col des Montets1231460210
Vallorcine1261260 
total126 1890

précédent
suivant
carte  

Étape 5 (25 juillet 1996): Vallorcine - Forclaz - Mosses - Saanen - Zollikofen

profil5

Dans les journaux et à la radio, il était question des pluies de la veille. Près de Chamonix, des routes avaient été coupées par des glissements de terrain. Inutile de préciser que j'étais content d'avoir pu passer, mouillé mais sauf!
Pour cette cinquième étape, le temps s'annonçait beaucoup mieux et c'était un plaisir de reprendre la route. Après un légère descente, je suis arrivé à la frontière suisse. Ensuite, la route montait vers le col de la Forclaz. Depuis ce côté, c'était une montée facile, surtout que la température était agréable. La descente vers Martigny était plus longue, et rapide parce qu'avec peu de virages. Entre Martigny et St-Maurice, la vallée du Rhône est connue pour être souvent venteuse. J'ai eu la chance de tomber sur un jour calme, mais j'ai aussi eu de la malchance sous la forme d'un minuscule morceau de métal traînant sur la route: crevaison juste avant St-Maurice! Après réparation, j'ai continué à rouler vers Aigle. C'est là, alors que je remplissais mes bidons, que j'ai vu passer quelque chose comme une fusée sur deux roues. Avec maillot bleu. Festina. Ah, oui, c'était Laurent Dufaux. Dommage que j'étais juste arrêté sinon j'aurais essayé de lui coller à la roue... même si je n'ai jamais utilisé certaines ressources comme lui.
De toute façon, je me sentais en forme et j'ai attaqué la montée vers le col des Mosses à un bon rythme. Rythme que j'ai pu garder jusqu'au col: cette fois le paysage et le temps étaient motivants, et je devais compenser l'étape écourtée de la veille. Après la descente sur Château-d'Oex, il fallait remonter un peu pour atteindre Saanenmöser, un petit col connu (mais dans l'autre sens) depuis mon tour 1995. C'était le début de l'après-midi et j'étais déjà au sommet de la dernière côte sérieuse de la journée. Mais je savais qu'il y avait encore du chemin à faire. Il y avait d'abord la descente le long du Simmental, avec du vent de face qui faisait souvent tomber ma vitesse en dessous de 30 km/h. Heureusement, en ce vendredi, il n'y avait pas trop de trafic. Ensuite, il fallait prendre bout à bout le Stockental et le Gürbetal. D'abord, cela revenait à rouler à travers la campagne, mais ensuite il a commencé à y avoir moins de campagne et plus de trafic: j'approchais de la ville de Berne. J'ai traversé la capitale et je suis arrivé avant cinq heures à Zollikofen. J'étais même en avance chez mon frère et j'ai dû attendre un peu qu'il revienne du bureau. J'ai pris une douche et nous sommes sortis pour le souper, pour lequel nous avons retrouvé Wolfgang, un collègue et ami (dont la famille était justement absente ce jour-là).

 distance (km)altitude (m)dénivellation (m)
Vallorcine01260 
Châtelard41090 
Trient91300210
Col de la Forclaz121530230
Martigny28470 
Aigle54400 
Col des Mosses7514501050
Le Cuizon771380 
Col de la Lécherette78139010
Château-d'Oex89900 
Saanen1011010110
Saanenmöser1081280270
Zweissimmen115950 
Reutigen149620 
Oberstocken15671090
Lohnstorf168570 
Kirchenthurnen17061040
Bern186520 
Zollikofen19555030
total195 2040

précédent
carte  

Étape 6 (26 juillet 1996): Zollikofen - Gurnigel - Lignières

profil6

De Zollikofen à Lignières, l'étape aurait été courte. Trop courte. J'ai donc profité de l'occasion pour ajouter un nouveau col à mon palmarès: le Gurnigel. Il fallait pour cela d'abord retraverser Berne dans l'autre sens. Mais ensuite, au lieu de continuer sur mes traces de la veille, j'ai pris sur la droite par les collines (Längenberg). Les choses sérieuses ont commencé après Rüti: le Gurnigel n'est pas très haut, mais il est raide! La pente moyenne est de 9%, mais il y a des tronçons à 12% ou même un peu plus. La route était bonne et traversait des forêts et des pâturages alpestres; le soleil brillait. Le Gurnigel se trouve entre les cantons de Berne et Fribourg. Du côté fribourgeois, la route est moins raide et la descente était agréable. J'ai ensuite continué de village en village à travers la campagne, un passage sans aucune difficulté. Je suis arrivé au Landeron vers midi et j'ai commencé à monter vers Lignières. Dans ces coteaux exposés, il faisait déjà chaud et sec. Quand je suis finalement arrivé chez mes parents, ils en étaient déjà au café, mais il restait quelque chose à manger pour moi. Tout en me mettant à table, j'ai pu commencer à raconter l'histoire de ce tour 1996.

 distance (km)altitude (m)dénivellation (m)
Zollikofen0550 
Bern6520 
Kehrsatz1157050
Leuenberg20940370
Riggisberg24760 
Plötsch27900140
Rüti29820 
Gurnigel391590770
Wasserscheide401580 
Zollhaus55870 
Saga (Plaffeien)57850 
Zumholz6187020
Schiffenen81530 
Kleingurmels8256030
Salvenach8757010
Morat90450 
Bellechasse96430 
Ins / Anet10048050
Le Landeron110430 
Lignières115800370
Les Prés (Lignières)120920120
total120 1930


PS / 8.12.1996